Créer son blog voyage

10 conseils pour créer son blog de voyage

À la question, « est-ce difficile de créer un blog voyage ? », ma réponse sera très claire : oui et non.

Oui, car les outils disponibles sont de plus en plus simples à utiliser, en plus d’être très bien conçus.

Non, parce qu’il y a chez la plupart des personnes qui veulent créer un blog une forme de naïveté, qui conduit aux erreurs que je vais tenter de vous faire éviter.

Notez bien que ces informations sont aussi valables pour une thématique autre que le tourisme.

Ne pas se précipiter

femme qui chute pendant une épreuve sportive

Vous rentrez tout juste d’une destination enchanteresse qui vous habite encore. Vous vous dites que vous aimeriez partager, sans modération, votre ivresse des voyages, immortaliser de votre plume cette expérience inoubliable et exposer vos superbes photos. Ni d’une ni deux, vous avez un peu cherché sur la Toile et vous avez trouvé comment fabriquer rapidement et simplement un petit site. De là, il vous vient peut-être à l’esprit que vous pourriez même en vivre, et ainsi faire le tour du monde jusqu’à la fin de vos jours…

Bravo ! Vous venez de commettre la première erreur à ne pas faire 🙂

Le Web demande un minimum de préparation pour y naviguer convenablement et éviter que votre embarcation ne coule peu de temps après votre départ. Car c’est ce qui arrive à la plupart des sites : ils sont abandonnés rapidement à leur sort, fruits d’une lubie passagère et irréaliste. Car serez-vous capable d’alimenter régulièrement le contenu de votre blog, d’être dans les conditions idéales pour parvenir à la pérennité de votre site ?

Ne pas sous-estimer le travail

personne débordée par ses préparatifs de voyage

Après avoir lu le premier conseil, votre motivation est restée intacte. Parfait !

S’il y a bien une chose à savoir concernant un site Web, c’est qu’il vous demandera beaucoup de temps et d’énergie.

Un blog suppose de créer le conteneur d’un point de vue esthétique et technique, de rechercher du contenu (enquêtes, documentations, déplacements – tout de même ! -, etc.), de rédiger du texte (chaque semaine me semble un minimum), de proposer des images et si possible des vidéos (qui sont très longues à faire et souvent coûteuses), de veiller à la sécurité des systèmes, de garantir le bon fonctionnement et une bonne vitesse de chargement de votre site, de promouvoir votre travail, de répondre à vos contacts et de faire enfin une veille (tendances, nouvelles technologies compatibles avec votre site, etc.).

J’ai pour habitude de dire – attention, expression brevetée – qu’un site Web est comme un jardin. Il faut défricher, travailler la terre, semer, arroser, veiller à ce que vos plantes grandissent sans problème, soigner si besoin, et enfin récolter les fruits… Puis recommencer !

Faire au plus simple

Femme qui se laisse submerger Il est tentant de multiplier les sous-thèmes d’un site. Très vite, on peut imaginer l’arbre des rubriques qui découlera de la thématique principale, sans se rendre compte du travail colossal qu’il y a à combler les vides.

Bien que je puisse m’appuyer sur une longue expérience dans la création Web, n’allez pas croire que je me pose uniquement en donneur de leçons. Car c’est un piège difficile à éviter, contre lequel il faut toujours lutter, surtout quand les idées fusent. Ne vous laissez pas submerger par vos attentes.

En travaillant en équipe, on peut se dire que les ambitions seront réalisées plus vite, mais partir dans tous les sens trop rapidement risque de devenir contre-productif.

Car, Rome ne s’est pas faite en un jour, même à plusieurs. La patience sera votre plus grande alliée. Commencez un cercle modeste, et agrandissez-le à la façon d’un arbre… solide.

Rester soi-même

confiance en soi

Imiter ce qui se fait déjà, sous prétexte que ça plaît, est tentant, mais c’est bien entendu à éviter.

Ne jamais recopier du contenu texte d’un autre site sur votre blog. C’est non seulement voler le travail d’autrui (donc hors-la-loi), mais c’est aussi une pratique sévèrement condamnée par les moteurs de recherche. Seules les citations sont autorisées, à condition qu’elles soient faites dans les règles du Web (comme je vais l’expliquer plus bas).

Évidemment, il y a des coïncidences, c’est même inévitable, mais cherchez toujours à écrire un texte original (y compris lorsque vous vous documentez).

Vous gagnerez à être vous-même. Personnellement, j’aime retrouver dans un article une touche de sincérité, un vécu intéressant, fût-il intimiste. Écrire revient souvent à se mettre à nu, tel un écrivain ou un comédien. Un texte trop neutre est bien souvent ennuyeux.

Se cacher derrière un pseudonyme masquera votre identité (ça peut être utile), mais pas qui vous êtes. Les artifices finissent souvent par s’effondrer.

Il faut vraiment que vous ayez conscience que, en publiant, vous êtes exposé(e) et jugé(e). Vous aurez forcément des avis négatifs. Pour mieux assumer les critiques, vous devez d’abord être satisfait(e) de votre travail.

Préparer le contenu

manque d'inspiration pendant l'écriture d'un blog voyage L’idéal est de commencer le contenu avant de fabriquer le conteneur. Définissez une ligne éditoriale, puis écrivez quelques articles avec l’éditeur de texte de votre choix.

Il n’est pas rare de constater que les personnes qui désirent un site web font l’inverse (“je fabrique mon site – qui doit absolument être joli – et on verra après ce que je mettrai dedans”).

Une fois les premiers articles prêts, organisez votre contenu et esquissez ainsi votre menu (l’ergonomie est plus importante que l’apparence d’un site selon moi).

Attention au formatage de votre texte. Utilisez de préférence un éditeur de texte (format brut) plutôt qu’un logiciel de traitement de texte (genre “Word”), qui sont prévus pour de la mise en forme de texte à imprimer.

Si vous ne comprenez rien au formatage de texte, alors vous pouvez directement écrire vos articles avec l’éditeur de texte de votre outil de création Web (comme “Wordpress”). Vous vous attacherez plus tard à l’apparence et aux fonctionnalités de votre site.
Et si les outils de création web vous semblent tout aussi flous, ne vous inquiétez pas, j’y arrive…

Se familiariser avec le Web

Homme déconcerté

Vous utilisez sans doute le Web depuis quelques années, et ce n’est pas comme si vous débutiez. Pourtant, plus vous avancerez dans votre blog voyage, plus vous vous apercevrez que vous étiez loin d’imaginer l’étendue des connaissances liées au Web, sujet qui comporte à lui seul plusieurs dizaines de professions très différentes.

Joueriez-vous à un jeu sans avoir appris les règles ? Certes, c’est dans l’expérience qu’on apprend le mieux, mais un peu de théorie n’a jamais fait de mal à personne. Lire quelques livres sur le sujet renforcera votre projet.

Il ne s’agit pas de comprendre seulement les bases de la technique (format d’une adresse web par exemple), mais aussi d’en découvrir les usages, les tendances, etc.




Bien choisir ses outils de travail

Le matériel

Je ne vais pas m’attarder sur la sélection d’un ordinateur portable, voire d’une tablette (un clavier physique est un vrai plus), qui vous suivra partout dans vos voyages.

Un MacBook Air, du fait de son autonomie, m’apparaît être un bon choix pour voyager léger ; mais les alternatives, accrues par une concurrence féroce, sont légion. Le ChromeBook est très sympa aussi, surtout pour le prix et  si l’on accède à la partie Linux (réservée plutôt aux développeurs), véritable atout hors ligne.

À la rigueur, rédiger de mémoire ou embarquer un cahier lors de vos excursions, puis tout recopier depuis un cyber café ou chez soi, est envisageable. Mais ça me paraît fastidieux et encore plus chronophage (même en scannant avec un logiciel de reconnaissance de caractères). Et pour faire des sauvegardes de sécurité durant un séjour, un cahier c’est pas le top ! La solution hybride est éventuellement de faire appel aux stylos numériques (on écrit de façon classique sur du papier, et on importe numériquement le texte). Je m’en tiendrais à l’ultra-portable à votre place…

Vous pouvez aussi consulter notre rubrique photo, tenue par un photographe passionné, pour les conseils et le matériel photographiques.

Les principaux logiciels

Quant à créer un site Web, ça demande des connaissances informatiques, notamment en réseau et en langages compréhensibles par les machines. Heureusement, il existe des outils (des logiciels en ligne si vous préférez) qui simplifient considérablement le travail et qui gèrent votre contenu.

On les appelle communément CMS (“Content Manager System”, ou “Système de gestion de contenu” en français). Il en existe une myriade, dont je ne retiendrai que les trois plus connus :

  • WordPress est la référence des blogueurs. Il est également largement utilisé par les professionnels. Il offre pas mal de possibilités (y compris celle de transformer son blog en boutique en ligne). Il demande toutefois de se familiariser à son maniement, et plus vous chercherez à le personnaliser, plus vous risquez de rencontrer des difficultés.
  • Joomla est une bonne alternative à WordPress. Dans les usages, Joomla est cela dit davantage destiné à la création de sites plutôt qu’aux blogs (mais il le fait aussi très bien, rassurez-vous). Sa polyvalence, sa simplicité et sa fiabilité ne sont plus à démontrer.
  • Drupal est le plus puissant des CMS que j’ai testé. Le revers de la médaille est que sa prise en main est plus complexe. Apprécié des informaticiens, Drupal devrait vous plaire si vous adorez la technique. Notez que la dernière version de Drupal (la version 8 sortie en novembre 2015) a gagné en simplicité. Et il existe un service Drupal (en anglais), équivalent à celui de WordPress, qui simplifie grandement l’approche.
Voici une petite liste d’autres logiciels qui seront utiles :

  1. Un logiciel de retouche d’images (comme « Photoshop » ou des alternatives  gratuites, telles que « Gimp » et, plus basique, « Pixlr » en ligne),
  2. Un logiciel de téléversement et de téléchargement (client FTP), comme l’excellent « Filezilla » (gratuit), utilisé pour se connecter à son hébergeur, même si un CMS permet de s’en passer dans la plupart des cas. Pratique pour de la maintenance avancée (bien se documenter pour éviter de mauvaises manipulations).

Les autres solutions

Je vous ai trouvé – oui, rien que pour vous – un tableau des CMS si vous voulez vous faire une idée plus précise.

Enfin, notez également qu’il existe tout un tas de services en ligne, en général très simples d’utilisation, qui font office de CMS (comme Wix). Idéal pour les petits sites amateurs.

Sinon, j’ai participé au développement d’un CMS en ligne dédié aux mobiles – Parumobile – qui est donc forcément très très bien ^^’

Le choix d’un CMS anime de nombreux débats. Ma préférence va aux CMS que l’on peut héberger comme on le souhaite, tels que WordPress ou Drupal, car j’aime bien avoir la main sur le code source (je suis un coquinou). À vous évidemment de choisir le juste milieu entre l’ultra-simplicité et l’ultra-personnalisation 😉

Se former un minimum à la technique

personnage irrité pendant la réalisation de son blog voyage

Le choix et l’utilisation d’un ordinateur et d’un CMS seront plus aisés si vous avez des notions techniques.
À moins de faire appel à un technicien chevronné, il y a forcément un moment où un aspect du site vous bloquera.

Il vous faudra comprendre quelques notions utiles :

  • l’hébergement web, sur lequel pointe votre nom de domaine (« lemeilleurblogvoyagegratuitdumonde.com »),
  • les sauvegardes,
  • l’adaptabilité graphique du site sur tous les écrans (dont les mobiles) – on parle alors de « responsive design »,
  • les extensions de fonctionnalités (un service de newsletter par exemple),
  • l’optimisation des images,
  • Etc. (le point le plus important ^^’)

Apprendre le HTML serait utile. Et ce n’est pas aussi compliqué qu’on le pense : quelques jours, voire beaucoup moins, suffisent.

D’ailleurs, les pages HTML ne sont rien d’autres que des fichiers, un peu comme  vos documents réalisés avec un traitement de texte. Elles sont écrites dans ce langage dit de “marquage” qu’est le HTML, marquage qui permet à votre navigateur de comprendre comment est organisée la page afin de vous la restituer proprement. Par navigateur, je pense notamment à Chrome ou Firefox.

Ces pages sont gérées par des ordinateurs qui n’ont pas d’autres fonctions que de dialoguer avec d’autres ordinateurs. On les appelle les serveurs. Concrètement, lorsque vous demandez à consulter une page, voici ce qui se passe :

Votre ordinateur : – “ Bonjour. Je voudrais la page d’accueil de Vojagado.fr”
Le serveur : – “ Pas de problème, mec. Tiens, la voici.”
Votre ordinateur : – “ T’assures toujours autant. Au fait, comment va ton disque dur ?”
Le serveur : – “ Oh, bah, tu sais, toujours un peu la même chose. Quelques courbatures, sinon ça va. C’est ma faute, je n’aurais pas dû faire la teuf hier soir. ”

Le serveur livre ainsi la page, façon puzzle, un peu comme une armoire Ikea. Le HTML est donc le plan qui permet à votre navigateur de tout remonter correctement.
Ce plan est composé de balises (« titre », « paragraphe », « image », etc.). Et pour revenir à mon histoire de citation, celle-ci devra être clairement indiquée par les balises comme étant une citation.

Le HTML n’est généralement pas livré seul. Il est souvent fourni avec le style et des effets inclus dans le thème du site. Et quand je dis que les pages HTML sont des fichiers, c’est en réalité plus complexe que ça avec un CMS, mais je me limiterai à cette explication 🙂

Ne pas négliger la sécurité

homme qui a peurLa sécurité informatique est une affaire de spécialistes. Malgré tout, il y a des petites règles simples à appliquer, histoire de réduire l’éventualité de se faire pirater son blog.

  • Ça peut paraître évident, mais le mot de passe joue un rôle important. Il faut oublier la date de naissance de tata Yvette ou de votre poisson rouge. Utilisez un générateur de mot de passe, c’est tellement plus efficace.
  • Évitez le même mot de passe pour tout,
  • Ne pas mémoriser le mot de passe de votre blog via votre navigateur web (en voyage, en cas de perte ou de vol, ça peut devenir embêtant).
  • Renforcez la sécurité de votre ordi (avec, pour commencer, un mot de passe de session difficile à trouver, systèmes de protection, etc).
  • Créez un compte administrateur avec un identifiant compliqué. Et n’écrivez pas d’articles avec : ce pseudonyme administrateur ne doit jamais apparaître sur votre blog ! Jamais, vous entendez ! Jaaaaaammmmaaaiiiiiiis !
  • Écrivez vos sujets sous un autre profil, de type éditeur ou contributeur.
  • Ne jamais mentionner ses identifiants (faites bien attention qu’ils n’apparaissent pas dans un article ou dans un lien, du genre “blog-voyage-super-cool.fr/articles/mon-identifiant/“). Si vous utilisez WordPress, je reviendrai sur comment masquer tout ça ^^ Pour les autres, j’ai envie de dire : pas de chance !
  • N’ajoutez pas n’importe quelle extension ou thème, sans être sûr de sa provenance.
  • Mettez à jour votre CMS et vos extensions.
  • Renforcez votre blog avec des extensions de sécurité.
  • Faites des sauvegardes locales et, si possible, sur des supports en ligne.

La sécurité absolue n’existe pas et c’est bien entendu les premières précautions qui me viennent à l’esprit, mais il y en a plus évidemment !

Rendre son blog voyage visible

fille heureuse de promouvoir son blog de voyage Vous êtes enfin arrivé(e) au dixième conseil. Vous avez envie de pleurer, mais ça passera… Vous en avez vu d’autres, comme la fois où tonton Henri a perdu son maillot à la piscine (navré de réveiller ce traumatisme).

Votre site est enfin créé, après plusieurs aspirines, des nuits sans sommeil et le vol de votre MacBook par une horde de singes en Inde (qui l’utilisent désormais pour visionner l’intégralité des épisodes de «Game of Thrones»).

Il ne reste qu’à inviter les internautes, amis et inconnus, à se délecter de vos articles. Les recettes sont connues : réseaux sociaux, référencement naturel, newsletters, etc.

Je dirai que la meilleure promo pour un site, la promo la plus virale, n’est autre que la qualité du contenu 😉 Comme pour cet arti……… Non, j’ai rien dit.

Conclusion

Pourquoi faire ce genre d’articles quand on fait soi-même un blog voyage ?

Je sais, cela peut paraître étrange, comme la fois où je me suis mis au curling.

Il faut plus voir les blogueurs de voyage comme une grande communauté ; des globetrotteurs qui se donnent la main dans un avion de ligne autour d’un grand feu. Et il n’est pas rare de voir de l’entraide, et même de réelles alliances, y compris chez les blogs voyage les plus populaires.

C’est donc dans cet esprit  que je propose cet article, voulu le plus synthétique et le plus accessible possible aux grands débutants, et j’espère qu’il vous aidera à réaliser votre projet. Évidemment, tout dépend de vos ambitions (simples cartes postales ou LE projet de votre vie).

Si vous ne deviez retenir qu’une chose, c’est la préparation. Même si ça ne colle pas vraiment avec l’image du voyageur baroudeur, qui improvise en permanence, en plein cœur de la Pampa, dans les déserts gelées des pôles, ou dans les rayons labyrinthiques de la Fnac.

À propos de Jérôme Bouquet
Ce développeur Web féru de littérature et de cinéma n'a de cesse de contenter son insatiable curiosité pour l’ailleurs, les civilisations hétéroclites et les splendeurs aventureuses de ce monde. Il est le co-fondateur de ce blog voyage.
5 commentaires
  1. Merci pour cet article qui se laisse lire avec plaisir.
    Moi qui commence à perdre de la motivation, j’espère que je vais garder la volonté et la patience nécessaire à un blog, 🙂 j’ai encore beaucoup de travail !
    Bonne continuation en tout cas, j’ai découvert ce site par hasard et il est vraiment appréciable !

  2. Si j’avais pris un peu de temps au début pour lire ce genre de conseils j’aurais clairement progressé plus rapidement. Tellement de choses à rattraper 😉

    • Content que tu aies trouvé mes conseils pertinents. Il y a un dicton qui dit “oublier de se préparer, c’est se préparer à être oublié”. Finalement, mon article aurait pu tenir en quelques mots ^^’

      Ça fait plus de 15 ans que je fabrique des sites web, et, forcément, surtout au début, j’ai fait des erreurs, qui ont été au final très instructives. Personne n’est à l’abri d’en commettre : c’est humain. D’autant que l’évolution du web est extrêmement rapide ^^’ L’apprentissage du Web est donc sans fin…

      Heureusement, il y a des erreurs faciles à corriger, et d’autres beaucoup moins (structure du blog, chemin d’accès aux articles, etc.).

      Ceci étant, ces conseils de création de blog voyage visent les grands débutants, car, en visitant le tien, j’ai constaté que tu as déjà accompli un très gros travail. De plus, l’angle que tu as utilisé est amusant et original. Bravo, et merci pour ton commentaire.

Laisser un commentaire