bras avec une montre sur un aéroport avec un avion en arrière plan

Gagner du temps en voyage

Si voyager consiste à prendre son temps, et surtout à en profiter au mieux – même à ne rien faire -, il est en revanche appréciable d’optimiser son séjour à faire un maximum de choses intéressantes plutôt que de vivre des situations pénibles 🙂
Certes, cela concerne davantage les touristes qui cherchent à échapper au quotidien. Mais même pour les aventuriers, ces conseils sont toujours bons à prendre…

Connaître les règles

Connaître la législation hors de nos frontières ne va pas forcément vous faire gagner du temps, mais va plutôt vous éviter d’en perdre !

Il est donc vivement conseillé de consulter les guides papiers et autres blogs de voyage spécialisés, plutôt que devoir passer des heures, voire des jours, à solutionner un problème dû à votre méconnaissance de la loi.

Les exemples les plus fréquents concernent le code de la route lors d’une location de scooter ou voiture (limitation de vitesse différente, port du casque, etc.) ou des mœurs plus strictes dans certains pays .

Éviter les files d’attente

C’est sans doute LE point le plus éprouvant pour le voyageur ^^’ Dans une société où nous avons l’habitude d’avoir (presque) tout tout de suite, l’attente est une véritable épreuve, surtout pour les enfants !

Et ça se joue souvent bien avant le départ. Aussi, voyons toutes les options qui s’offrent à nous pour écourter cette attente.

      • Internet est votre ami : dès que possible, l’enregistrement en ligne de votre embarquement est vivement conseillé, et pas seulement pour éviter la queue au guichet, mais aussi pour s’assurer de ne pas être victime du surbooking et donc d’attendre bêtement des heures (voire plus) dans la zone d’embarquement l’avion suivant. Croyez-moi, c’est du vécu 😉
        Notez que vous pouvez désormais imprimer les étiquettes de vos bagages lors de l’enregistrement en ligne.
      • L’enregistrement des bagages justement : voici un bonus offert par… George Clooney au travers du film « In the air » : ne transportez que des affaires dans un sac que vous gardez avec vous ! Dans la réalité, je vous accorde que c’est rarement possible ^^
      • Sur place : et si vous faisiez appel à un guide ? C’est non seulement un bon plan pour avoir vos tickets de monuments à visiter à l’avance, mais en plus, vous allez plus rapidement à l’essentiel !
        Get your Guide
        Ce site, disponible également sous forme d’application mobile, propose 20 000 activités réparties dans les plus grandes villes du monde sans avoir à faire la queue au guichet et donc sans attente.
        Le principe est simple : vous sélectionnez la ville désirée, l’activité souhaitée (comme la visite d’un monument pour lequel vous savez qu’il faudra patienter des heures avant d’y pénétrer), et vous pouvez alors acheter en ligne des billets coupe-file ou opter pour des visites guidées.
        Les guides locaux, sélectionnés avec soin d’après le site, vous attendent avec vos places au lieu de rendez-vous prévu.
        Gros gain de temps et la promesse d’obtenir les meilleurs prix garantis !

        pictogramme de temps d'attente dans les monuments à New York
      • Périodes creuses : Pas forcément évident, surtout si vous suivez les vacances scolaires ou si votre employeur vous impose des dates de congés fixes, mais, dans la mesure du possible, c’est un véritable confort… doublé d’une belle économie 😉

Anticiper son arrivée

D’autres considérations sont à envisager comme :

      • Avoir, si possible, de la monnaie locale avant de partir (en petite quantité, car le change pourra être plus intéressant une fois sur place)
      • S’adapter au mieux au décalage horaire quelques jours avant son départ afin de ne pas être trop déphasé. Ce n’est jamais agréable de souffrir d’insomnies la nuit et dormir la journée gâchant ainsi de précieuses heures d’activités les premiers jours de votre voyage.
      • Se renseigner sérieusement sur les vaccins à faire avant le départ selon les pays de destinations, d’autant que certains nécessitent plusieurs injections pour être efficace le jour du départ. Il serait stupide de contracter une maladie (évitable) et être hospitalisé ou pire, rapatrié.
        Votre médecin pourra également vous conseiller et vous prescrire certains médicaments qui pourront vous éviter bien des déconvenues. À titre d’exemple, j’ai passé (et perdu) 48H couché, souffrant du mal de l’altitude lors de mon premier voyage au Pérou. Je n’avais pas pris le temps de me renseigner sur les symptômes de ce mal ni même sur les médicaments qui auraient pu m’éviter ce type de problème de santé.




Alléger son sac

Nous avons tous tendance à bourrer notre sac ou notre valise, toujours par peur de manquer évidemment.
Mais avouons-le, on perd énormément de temps lorsqu’on fait son sac la veille de prendre son vol (le fameux casse-tête de la veille du départ pour tenter de toute faire rentrer), plier, replier les vêtements, trouver une place pour chaque chose, les palmes, le tuba, la gourde et j’en passe.
Et cette manœuvre chronophage se répète souvent durant le séjour, parfois même presque tous les jours surtout si l’on a la bougeotte.
Un jour quelqu’un m’a dit « On a tous un pot à crayons rempli à ras bord sur son bureau et pourtant on ne se sert généralement que d’un seul stylo. À quoi bon garder les autres, si on ne s’en sert pas il y a peu de chances qu’on s’en serve dans l’avenir ».
J’ai trouvé cet exemple très juste et depuis j’applique cette remarque à ma valise, l’allégeant au maximum, me concentrant sur l’essentiel et résistant à la tentation d’en mettre plus que nécessaire.
L’inutile est toujours synonyme de perte de temps.

Gagner du temps à l’immigration et à la douane

Un ami m’a raconté une fois qu’un suisse s’impatientait à la douane marocaine et avait fait savoir son exaspération. De fait, l’agent chargé de l’immigration lui a répondu : « en Suisse vous avez les montres, nous on a le temps. »

Au-delà de la blague, il est vrai que plus vous vous montrerez patient et courtois à la douane, plus vous passerez vite.

Là encore, j’insiste sur le fait de connaître les lois pour s’assurer d’avoir tous les documents appropriés ou d’avoir dans vos bagages quelque chose d’interdit. Pour l’anecdote, j’ai connu quelqu’un qui s’est fait confisquer des denrées alimentaires (du fromage entre autres) pour des raisons de craintes sanitaires !
Et sachez qu’une fois passé la douane vous pouvez encore vous faire contrôler par des agents de la douane « volante » jusqu’à la porte de sortie de l’aéroport, là encore c’est du vécu !

deux passeports sur un table et un tampon

Voici d’autres petites astuces :

      • Se procurer à l’avance les fiches des services d’immigration (ça évite de les compléter à la sauvette ou au réveil après de longues heures de vol)
      • Prévoir des photos d’identité (pratique pour les documents administratifs, quand on passe souvent les frontières notamment, et c’est encore plus vrai dans les zones reculées sans cabine photo).
      • N’oubliez pas qu’avec votre passeport biométrique vous pouvez passer l’immigration beaucoup plus rapidement dans les aéroports équipés du système PARAFE, à savoir « Passage Automatisé Aux Frontières Extérieures ». Le système est désormais bien rodé, vous pénétrez dans une cabine dans laquelle vous apposez votre passeport et votre empreinte digitale sur un système de reconnaissance qui vous ouvre aussitôt la porte. Simple et rapide.
      • Pour éviter de biper encore et encore en passant puis repassant sous le portique de sécurité, évitez de voyager avec du métal sur vous. Si possible privilégiez un pantalon sans ceinture, des chaussures sans métal, pas de chaîne au cou, bagues, montre au poignet ou monnaie dans les poches. Prévoyez de tout ranger au préalable dans votre sac en gardant ordinateur, portable et appareil photo facilement accessibles pour les disposer indépendamment du sac sur le tapis du scanner.

Des accessoires utiles

      • Une penderie de valise peut s’avérer très utile pour ne pas avoir à tout ranger à son arrivée
      • Utiliser une sangle pour éviter le temps à faire plastifier vos bagages (en plus, c’est économique sur le long terme)
      • Pensez à avoir un téléphone universel (il faudrait toujours y penser à l’achat d’un téléphone). Vous pourrez de fait utiliser des cartes sim à l’étranger sans aucun problème !
      • Accessoires utiles aux sommeil comme un bon coussin de nuque : un meilleur sommeil signifie une meilleure arrivée !
      • Un couteau suisse peut débloquer pas mal de situations. Plus besoin de courir à la supérette ! Attention toutefois au passage à la douane ou en avion, placez le en soute.
      • Connaître (approximativement) le poids des éléments dans sa valise. À noter que de petites balances à crochet sont vendus dans les aéroports, pratique même si approximatives.
      • Une batterie externe pour votre téléphone portable. En prenant en compte le poids de l’objet, choisir si possible un modèle qui permet de faire au moins 3 recharges complètes avant de recharger la batterie elle-même. Tellement plus pratique que de poireauter près d’une prise électrique en attendant que votre précieux appareil retrouve son autonomie.

Voyager de nuit

un homme dort dans l'avion avec une couverture sur la tête S’endormir dans un lieu et se réveiller dans un autre a quelque chose de magique… qui est rarement le cas dans les faits. Car trouver le sommeil dans un moyen de transport n’est pas toujours évident (à moins de se bourrer de somnifères).

Il y a heureusement le cas du « train-couchettes », que l’on trouve à l’étranger, (notamment la fameuse liaison Bangkok-Chiang Mai en Thaïlande, beaucoup plus sympa que l’avion même si moins rapide). En avion vous pouvez aussi surclasser votre billet d’avion, curieusement la qualité du sommeil est bien meilleure en première ^^’

Toujours est-il que le voyage de nuit est à privilégier lors de la réservation de votre billet d’avion, de train, ou même de bus, à condition que vous trouviez le sommeil et que le voyage ne se transforme pas en un longue nuit blanche…

 

Ajout d’images externes (creative commons):

Image de couverture : Gautier

Homme qui dort dans l’avion : Jonathan Tellier

Passeports et tampons : jackmac34

À propos de Romain Desailly
Toujours un appareil photo à la main, ce passionné de photographie et de vidéo aime à arpenter le monde pour chercher des réponses aux questions qu’il ne se posait pas avant de bourlinguer. Il est le co-créateur de ce guide voyage.
2 commentaires
  1. Un de mes plus gros stress c’est la route vers l’aéroport, j’ai tellement peur de rater mon vol ! Je m’arrange comme je peux pour arriver à l’avance… sinon je dois courir, chose que je n’aime pas faire pour partir en voyage.
    Je me refais toujours ce genre de conseils dans ma tête dans toute préparation de voyage 🙂

    • Comme je te comprends Rattana ! J’ai tellement peur de la panne de train ou RER pour arriver à l’aéroport que je pars des heures à l’avance ! Et difficile de dormir la veille du voyage, évidemment, entre le mélange d’excitation et de stress 😉

Laisser un commentaire