plat thailandais composé de riz frit et poulet

Le Khao Phat Kai, recette thaï facile et savoureuse




J’aimerais vous parler d’un plat Thaï, certes des plus courants, mais aussi l’un des plus intéressants car il résume à lui seul l’essence même des bases de la cuisine du pays du sourire, j’ai nommé le « Khao Phat Kaï » !

Khao quoi ?

Pour les veinards qui ont eu la chance de se rendre en Thaïlande, cette spécialité à base de riz (khao) sauté (phat) au poulet (kaï) ne doit pas être étrangère, on trouve d’ailleurs à tous les coins de rues et pour une poignée de baths son « cousin » le plus proche, le tout aussi fameux « Pad Thaï », à base de nouilles sautées.

Ce dernier plat et son histoire seront d’ailleurs l’objet d’un prochain article.

Ces deux mets savoureux incarnent généralement la nourriture de base des touristes plutôt jeunes et sans grands moyens étant donné leur côté bourratif, relativement sain et vraiment bon marché. En un mot c’est le plat de base du Backpacker !

Pour en revenir au Khao Phat Kaï, puisque c’est de lui dont il est question aujourd’hui, il s’agit tout bêtement de riz sauté au wok dans un fond d’huile brûlante, agrémenté de blanc de poulet et quelques légumes basiques qu’on arrose généreusement de jus de citron vert et de sauce de poisson pimentée une fois le tout dans l’assiette.
La simplicité de ce plat est déconcertante mais éveille les papilles à la richesse des saveurs de cette culture culinaire millénaire !

petit déjeuner à Bangkok avec thé glacé, riz frit au poulet, dit khao phat kai et un club sandwich
Petit déjeuner agréable avec au menu un Khao Phat Kaï et un bon thé glacé

 

Présentation

Pour ne pas paraître désordonné dans l’assiette (les thaïs soignent toujours la présentation des mets qu’ils servent aux clients), le riz enrichi au poulet et petits légumes est généralement placé dans un récipient retourné sur l’assiette, avec sur le côté un petit bol contenant de la sauce de poisson dans laquelle baignent quelques quartiers de piments rouges, forts à souhaits. Pour parachever le tout, un quartier de citron vert orne le bord de l’assiette à côté d’un brin de ciboule à croquer, bienvenu pour éteindre (provisoirement) le feu du piment si on a la main un peu lourde en versant la sauce sur le riz.




Donc vous l’aurez compris, sans incarner le summum du raffinement que la cuisine Thaï peut nous offrir, ce plat « tout simple » qui peut se décliner à l’infini avec toutes sortes de viandes, poissons ou fruits de mer est en réalité ce que la pizza est aux italiens, à savoir un plat réputé « du pauvre » , mais qui révèle la quintessence même de la cuisine Thaïlandaise.

Notre version simplifiée

Pour les amateurs je propose ma version personnelle de la recette, laquelle, et j’insiste la dessus, n’est que mon interprétation de ce plat qui, comme tout plat populaire, se décline en une multitude de sous-recettes selon les habitudes de chacun. Si vous avez mangé ce plat plusieurs fois en Thaïlande, il est fort à parier que vous l’avez dégusté sous différents aspects tant au niveau de la recette que de la présentation.

Petite note avant de commencer : Je ne pense pas être le seul qui, de temps à autre et avec toute la bonne volonté du monde veut se lancer dans une recette de cuisine, dite « du monde », et comme vous je suis souvent refroidi par la liste des ingrédients « exotiques » que nécessitent la recette de ce bouquin de cuisine acheté à bon prix dans les rayons de la Fnac pour ses superbes photos.
Or pour éviter de replacer aussi sec le dit-bouquin au placard car on ignore parfois où trouver les bons ingrédients (n’ayant pas tous une bonne épicerie asiatique au coin de la rue) je préfère simplifier les recettes en « switchant » certaines épices ou en modifiant quelque peu les bases de la recette.
C’est mon côté touche à tout qui ressort, comme pour les autres domaines, pas moyen pour moi de ne pas mettre mon nez dans les recettes.

Donc ma démarche à travers mes recettes est de pouvoir les composer avec ce qu’on peut trouver facilement au rayon exotique de n’importe quel supermarché.

Ceci étant dit, la recette qui suit est, à mon sens, la version simplifiée la plus authentiquement ressemblante au « vrai « Khao Phat Kaï (s’il est prouvé qu’il existe une vraie version).

La recette

Ingrédients

ingrédients de la recette thai du khao phat kai, avec notamment du poulet, de la sauce de poisson, des tomates, du riz, un concombre, un oignon, un oeuf, de la ciboule et de la sauce d'huitre

(pour deux personnes)

  • 100 à 150 Gr de Riz thai
  • 2 escalopes de poulets
  • 1 grosse tomate
  • 1/2 carotte
  • 1 œuf
  • 1 à 2 gousses d’ail selon les goûts
  • 1 gros oignon blanc ou jaune
  • 1 CS d’huile de sésame (ou colza- tournesol)
  • 1 CS rase de sauce d’huitre (l’un des ingrédients de base de la cuisine thai)
  • 1 CS sauce de poisson
  • 1 CC de sucre (de canne si possible)
  • 1/2 concombre
  • 1 citron vert
  • 2 brins de ciboule
  • Sel
  • Poivre

Sauce (« phrik Naam plaa » en thaï) :

  • 4 petits piments rouges
  • 3 CS de sauce de poisson
  • Quelques morceaux d’ail émincés

Préparation

  • Cuire le riz (personnellement j’utilise un autocuiseur, je n’ai jamais regretté cet achat tant il est simple d’utilisation et convient parfaitement à tous les types de riz)
  • Découpez et lavez les ingrédients avant la cuisson. A savoir le poulet doit être découpé en petits cubes, les oignons et l’ail émincés et coupez la carotte, concombre et tomate en petits dés.
  • Dans un wok (une poêle à larges bords ou une sauteuse fera l’affaire) faire chauffer à haute température l’huile et faire frire l’ail (sans qu’il ne brûle), ajoutez ensuite le poulet et remuez constamment. Quand il est bien doré, ajoutez l’oignon et la carotte et remuez doucement le tout pendant une bonne minute.
  • Ajoutez ensuite la tomate et, après avoir mélangé le tout, ajoutez l’oeuf. Remuer énergiquement pour qu’il cuise correctement.
  • C’est le moment d’incorporer le riz (déjà cuit donc, chaud ou froid aucune importance), mélangez à nouveau et ajoutez le sucre, une légère pincée de sel, de poivre et pour finir la sauce de poisson (Nuoc Nam) ainsi que la sauce d’huître.
  • Fermez le gaz, laisser reposer une minute, remuez encore une fois et c’est prêt !
  • Il ne reste plus qu’à compresser gentiment le tout dans un petit récipient (taille variable selon ce que vous avez sous la main, moi j’utilise généralement un bol du petit déjeuner), et retournez le sur une assiette.

Servez avec le ramequin de sauce pimentée, le citron vert en quartier, le concombre et le brin de ciboule.

Régalez vous ! 🙂

PS : pourquoi pas une bière thaï légère pour accompagner ça ? On trouve de la Singha Beer et même de la Chang Beer dans la plupart des supermarchés désormais (à consommer avec modération).

 

À propos de Romain Desailly
Toujours un appareil photo à la main, ce passionné de photographie et de vidéo aime à arpenter le monde pour chercher des réponses aux questions qu’il ne se posait pas avant de bourlinguer. Il est le co-créateur de ce guide voyage.
6 commentaires
  1. Sawadee khap

    Un aliment dur à trouver par ici en Europe, ce sont les petits concombres, particulier à la Thaïlande, j’adore…
    Au niveau des saveurs, cela reste un pari facile pour ceux qui ne sont pas rassuré à goûter la cuisine Thaïlandaise, un plat plutôt simple, qui remplit le ventre et pas épicé.

    • En effet ! C’est délicieux mais quasi impossible à trouver ces petits concombres, si ce n’est dans quelques épiceries asiatiques…
      Concernant ce plat, et comme je le précise dans l’article, le Khao Phat Kaï n’incarne pas la quintessence de la gastronomie Thaïlandaise mais c’est une recette peu chère, facile à préparer et qui utilise néanmoins l’essentiel des ingrédients usuels de cette culture culinaire.
      Une bonne introduction à la cuisine Thaï en somme 🙂

  2. merci ca a l’air délicieux, je vais tenter

  3. cela se fait souvent avec du mou c est a dire porc et ou le sert directement dans l assiette sans avoir besoin de bol qui ferai perdre de la chaleur mais courant dans le zone 100% touristique et les épices piquante se met soit dans un sac en plastique ou a table comme a Suan Phong prêt de Ratchaburi

Laisser un commentaire