Voyager avec son animal de compagnie (une titrée)

Comment voyager avec son animal de compagnie

Bon, je ne sais pas pour vous, mais personnellement j’adore mon chien, Hercule de son prénom, petit Jack Russel sauteur foufou et terriblement attachant. Accessoirement rédacteur en chef parfois intransigeant de Vojagado, Hercule est avant tout un fidèle compagnon de jeu, toujours partant pour dévaler l’escalier et sortir se balader. Alors avant de me rendre au Pérou pour rendre visite à des amis, je me suis posé la question:

Voyager avec mon copain à 4 pattes, c’est une galère ou est-ce que c’est gérable ? Et qu’en est-il des autres pays du globe ? Voici quelques éléments de réponses !

Soyez prévoyant !

Passeport s’il vous plaît !

passeport-animauxVotre animal, chien ou chat pour généraliser, doit évidemment posséder son « passeport européen », c’est le document qui vous est remis lorsque vous avez acquis votre petite boule de poil à la SPA ou dans une animalerie. En gros c’est un document visé par un véto qui décrit l’animal et dans lequel se trouve le carnet de vaccination ainsi que la preuve de son identification par puce électronique (seule méthode autorisée pour les déplacements en Europe et plus largement dans la plupart des pays d’Amérique et d’Asie).

Détail amusant, une amie chilienne qui vit en France depuis peu me faisait justement la réflexion que mon chien avait plus de chance qu’elle car il avait son passeport alors qu’elle avait toutes les misères du monde à obtenir son permis de séjour définitif !

Anticipez la visite chez le véto

veterinaire-chien-vaccinEn Europe, nous sommes chanceux d’avoir des accords qui permettent à la plupart des pays d’avoir les mêmes règles d’accueil pour les animaux sur leur sol, mais il y a néanmoins quelques exceptions qu’il est bon de rappeler avant de réserver votre vol ou votre billet de train :

L’Irlande et Malte demandent des traitements préventifs selon les espèces et même parfois une quarantaine qui complique lourdement un voyage de quelques semaines.

La Hollande est également précautionneuse puisqu’elle exige un certificat de bonne santé daté de moins de 10 jours avant l’arrivée sur son territoire pour tous les animaux de compagnie, rongeurs y compris.

Pour les autres pays du globe, autant faire preuve de bon sens en rendant visite au vétérinaire au plus tôt avant le départ pour l’interroger à ce sujet ou en contactant les autorités du pays de destination (les ambassades ou les consulats sont aptes à répondre à toutes vos questions à ce sujet, même par email généralement).

Concernant la vaccination, seul le vaccin antirabique est réellement indispensable où que vous vouliez aller.

A noter que depuis novembre 2014 les animaux de 12 à 16 semaines qui ont été vaccinés mais qui ne sont pas encore immunisés peuvent voyager librement avec leurs maîtres en Europe, avec une nuance de l’autre côté de la Manche chez nos amis Anglais qui demandent un temps minimum de 21 jours entre la vaccination et l’entrée dans le pays.

Petite consolation, depuis 2012 plus de quarantaine obligatoire ni test sanguin à l’arrivée pour les animaux qui débarquent des autres pays européens !

Pendant le transport

En avion

chien-pilote-avion-2C’est généralement le mode de transport le plus délicat, et c’est souvent un crève-cœur de laisser son chien ou chat dans une cage de transport qui sera placée en soute pendant plus de 13 heures (dans mon cas pour rejoindre Lima). L’animal est souvent stressé, comme son maître d’ailleurs car on ne voyage pas sereinement en imaginant la détresse de notre loulou dans la soute, paniqué par cet endroit inconnu aux odeurs bizarres qui fait un tas de bruits étranges.

Pour éviter au maximum les angoisses, il faut là aussi anticiper un minimum :

Primo, même si c’est évident, il faut contacter la compagnie aérienne lors de la réservation des billets pour leur demander s’ils acceptent votre animal à bord. Sachez que même si ça ne pose généralement aucun problème, si votre toutou est de la taille d’un mammouth, les cages de transports ne sont pas forcément adaptées, donc assurez -vous de leur accord en précisant sa race (ils ne sont aucunement obligés d’accepter les espèces dites dangereuses, du type Rottweillers ou Pitbulls ou les chiennes qui attendent des bébés).

Deuxio, présentez vous au comptoir d’enregistrement bien en avance car les formalités administratives sont plus longues et ce sera l’heure de rassurer votre compagnon et lui dire au revoir jusqu’à l’arrivée.

Tertio, pensez aux calmants ! Le vétérinaire saura vous donner des produits efficaces qui vont calmer durablement l’animal pendant la durée du voyage, c’est toujours mieux que rien. D’ailleurs moi-même je prends un petit relaxant pendant les voyages en avion pour les mêmes raisons !

Notez tout de même que les chiens de moins de 6 Kg peuvent voyager avec vous en cabine dans un sac spécial (ou seule la tête dépasse, c’est rigolo à voir) ou dans une petite cage de transport. Mais attention, selon les compagnies, cette solution ne sera pas applicable pour les vols longs (plus de 5 heures généralement). Quoiqu’il en soit ,réfléchissez bien car ça peut vite devenir l’enfer pour vous comme pour les autres passagers si l’animal est agité, voire bruyant. J’en ai déjà fait les frais en revenant de Munich avec des voisins de sièges qui ont eu la bonne idée de prendre avec eux leur bichon, et ce n’était pas une partie de plaisir : le chien, vite malade, a repeint le pantalon de sa maîtresse et s’est mis à japper une bonne partie du vol en se débattant pour s’échapper. Expérience sympathique !

Bien évidemment, emporter votre chien en avion vous sera facturé, sauf s’il s’agit d’un chien d’assistance, lequel voyage généralement gratuitement sur les grosses compagnies et en cabine s’il vous plaît !

Pour les autres animaux, ils sont placés en cage de transport puis pesés, le prix dépendra donc du poids qui s’ajoutera à celui de vos bagages. Mieux vaut alors avoir craqué sur un Jack Russel comme c’est mon cas que sur un Terre-Neuve !

En train

chat-voyage-cage-transportDifficile de vous donner des conseils concernant l’ensemble des compagnies ferroviaires autour du globe, mieux vaut se renseigner au cas par cas sur leurs sites internet, lesquels sont généralement clairs sur ce genre de questions.

Pour la SCNF, sachez que les règles sont assez simples, à savoir que les animaux de moins de 6 KG doivent être placés dans leur sac ou caisse de transport, ou simplement tenus en laisse et aux pieds de leur maître s’il sont d’un naturel calme.

Le prix n’est pas excessif puisqu’il vous sera demandé une somme « symbolique » de 6 euros où que vous alliez.

Pour les animaux plus grands, généralement des chiens donc, ils doivent être également tenus en laisse et aux pieds, voire même avec muselière pour certaines races, mais là ou ça se corse c’est au niveau du prix.

Personnellement je trouve très exagéré de faire payer un billet de seconde classe à l’animal en sachant qu’il n’occupe pourtant aucun siège, mais c’est pourtant la seule façon d’embarquer sur les lignes desservies par la SNCF.

Note : malheureusement il est impossible de grimper à bord de l’Eurostar avec un animal de compagnie, règle absurde à mon avis mais sans doute pour des raisons de sécurité c’est ainsi. Seuls les chiens d’assistance ont ce privilège pour épauler leur maître en toute situation.

En bateau

Vous prévoyez de vous rendre en Corse avec votre ami à 4 pattes cet été ? Ou dans tout autre pays desservi par bateau, sachez d’abord que c’est une fausse bonne idée, pour l’avoir testé. C’est, à quelques exceptions près, très difficile de trouver une compagnie qui accepte les animaux de compagnie. Personnellement je ne comprends pas le problème mais dans les faits c’est bien plus compliqué que de prendre l’avion avec votre petit compagnon.

Donc si vous n’avez pas le choix et que seul le bateau peut vous amener à destination, il est indispensable d’avoir évidemment le passeport de l’animal avec certificat de bonne santé de l’animal et, si possible, vaccins à jour (vaccin antirabique exigé pour la Corse par exemple). Une fois à bord la pauvre bête sera généralement placée en cage dans un chenil ou vous n’aurez normalement pas accès jusqu’au débarquement.

Petite exception si vous allez en Angleterre avec Brittany Ferries, cette compagnie demande que votre chien reste dans votre voiture (du moins si vous y allez avec votre véhicule).

Pour la Corse et la Sardaigne, la SNCM fait une fleur aux passagers qui peuvent également laisser leurs animaux dans leurs cage de transport à l’arrière de la voiture et c’est gratuit !

Par contre avec la compagnie italienne Corsica Ferries c’est payant mais plus simple, 9€ à l’arrière du véhicule et 19€ si vous gardez votre chien ou chat avec vous. Oui oui il peut vous accompagner partout sur le bateau, en laisse et muselé pour les chiens, mais c’est tout de même très appréciable ! Seul le restaurant vous sera bien évidemment refusé.

Par contre pour les traversées vers les pays du Maghreb les animaux ne sont tout simplement pas admis.

Pour les autres traversées en bateau dans des pays plus éloignés, il faut impérativement se renseigner sur le site internet des compagnies visées.

En Bus

Impossible de voyager avec un animal si celui ci fait plus de 6KG ou, plus généralement, ne rentre pas dans un sac de transport ou une petite cage. En général vous n’avez pas à payer de supplément avec les compagnies de bus.

Derniers conseils

valises-animaux-chien-chat-perroquet-lapin

Mal des transports

Si, comme pour mon chien, votre animal à tendance à vomir ses tripes sur les sièges arrières dès que vous faites 200 mètres en voiture n’oubliez pas de demander au véto (ou en pharmacie) un anti-vomitif, ça fonctionne assez bien. Nette préférence de mon côté pour le bien nommé « Maldauto » du laboratoire Biocanina, disponible en pharmacie, du moins dans la mienne, mais d’après ma pharmacienne la marque en question est distribuée presque partout sur le territoire.

Hydratation

Autre conseil, certes évident, c’est de faire boire au maximum votre animal, pendant le transport si c’est possible mais aussi tout au long de votre voyage.

Il faut là aussi être prévoyant en se baladant avec de l’eau et une écuelle pour que le toutou qui vous accompagne sur les chemins s’hydrate convenablement (environ toutes les deux heures).

Moi j’utilise une sorte de gourde-écuelle très pratique à mettre dans le sac à dos, qui ne prend pas de place et qui coûte à peine plus de 5€. Au début mon chien a eu du mal à s’y faire, il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois pour qu’il comprenne enfin l’utilité de cet objet, c’est un coup à prendre disons.

ecuelle-chien

Cage de transport

Concernant les cages de transport (je préfère dire « boîte »), on en trouve à tous les prix mais attention à la solidité, au poids et bien sûr au système de fermeture qui doit être parfaitement verrouillable. Point primordial, votre boîte de transport doit répondre à la norme dite « IATA » pour pouvoir embarquer en avion. Donc je ne saurais que trop vous conseiller de mettre le prix car après tout une bonne boîte suivra l’animal tout au long de sa vie.

Moi j’aime la solidité de la marque Van Riel. Hercule voyage donc dans la boîte de modèle « Gulliver », adaptée à son poids (j’ai pris un cran plus large pour qu’il soit à l’aise). À noter que la poignée et les roulettes adaptables sous la caisse sont bien plus pratiques que le transport à bout de bras, surtout qu’on était déjà bien chargé avec les valises ou le sac à dos.

cage-transport-animaux

Assurance santé

Pour finir, il est possible depuis quelques années d’assurer son animal de compagnie en souscrivant une mutuelle santé spécifique. Après tout pourquoi pas, s’il vous arrive un souci de santé à l’étranger , même minime, vous êtes bien contents d’être couverts, alors pourquoi que notre compagnon à 4 pattes ne pourrait-il pas en bénéficier ?

Et puis c’est une vraie sécurité car dans de nombreux pays les vétérinaires (comme les médecins d’ailleurs) ne veulent pas intervenir si vous ne mettez pas l’argent sur la table. Et même pour un animal, ça peut atteindre de très grosses sommes !

Je ne saurais que trop vous conseiller d’y penser si vous sortez hors d’Europe !

Vérifiez bien dans les closes que la mutuelle rembourse tout ou une partie des frais engagés à l’étranger. Pour info, le plafond annuel maximal couvert pour la santé d’un animal dépasse rarement 2000€.

N’hésitez pas à comparer pour faire le meilleur choix selon votre mode de vie et vos déplacements avec votre compagnon.

Pour résumer, voyager avec son animal est tout à fait possible mais cela reste malheureusement compliqué selon les destinations et les démarches ne sont pas toujours simples. Mais avec un peu d’anticipation c’est une option vraiment chouette si vous êtes complices et que vous voulez partager avec lui ces instants magiques loin de la routine quotidienne à la maison !

À propos de Romain Desailly
Toujours un appareil photo à la main, ce passionné de photographie et de vidéo aime à arpenter le monde pour chercher des réponses aux questions qu’il ne se posait pas avant de bourlinguer. Il est le co-créateur de ce guide voyage.

Laisser un commentaire