Festival Loy Kratong et Yi Peng

Magie de Loy Krathong et de Yi Peng (novembre)

Sans doute moins connue que la fête – follement arrosée – de Songkran (nouvel an thaï), Loy Kratong  se distingue par un côté plus poétique, un brin romantique même, où l’eau joue également une grande importance.

Loy Kratong à Chiang Mai en 2010Mais ce sont surtout les bougies qui soulignent la spécificité de cette célébration enchanteresse.

C’est ainsi que le soir de Loy Kratong, une nuée de scintillements éphémères illumine à la fois la surface de l’eau et le ciel nocturne.

Ces lueurs, semblables à des lucioles,  se laissent alors dériver sur de minuscules embarcations savamment décorées, tandis que leurs sœurs s’envolent dans de frêles lampions, en cherchant à imiter les étoiles.

Les dates

Cette année

À noter qu’en plus de la fête nocturne des lumières, d’autres festivités et spectacles peuvent avoir lieu la même semaine selon les localités.

La pleine lune devrait se manifester le mercredi 25 novembre. La semaine de 2015 se situerait donc du samedi 21 au jeudi 26 novembre, selon les localités.

Pour vous renseigner et vérifier, j’ai listé quelques pages qui évoquent (en anglais, mais ça reste facilement consultable, surtout avec « Google traduction » ^^’).

Les dates du prochain Loy Krathong seront communiquées sur Vojagado.fr quelques temps avant le mois de novembre. D’après mes informations, le prochain tomberait autour du 14-15 novembre 2016 😉

À propos du calendrier

Loy Krathong a lieu en novembre à des dates variables selon les années, car ce festival s’appuie sur la pleine lune du douzième mois du calendrier lunaire thaïlandais.

Un seul terme peut désigner deux fêtes qui coïncident dans le calendrier : Loy Krathong et Yi Peng (lanternes volantes).

Les dates des festivités peuvent également varier selon les villes ou les régions ! Pas forcément facile de s’y retrouver, le mieux est de vous assurer de la date (ou des dates) en se renseignant auprès de l’office de tourisme dans la localité où vous vous trouverez au moment de cette fête.




Une fête ancestrale

Que veut dire Loy Krathong ?

Pour bien comprendre « Loy Krathong », commençons par en traduire le sens 🙂

Loy (ou « loi ») peut se traduire par « flotter », et s’écrit ลอย dans la langue thaïe.

กระทง, qui se prononce Kratong (ou « Krathong »), désigne un panier végétal qui sert d’embarcation.

Confection d'un krathong en Thaïlande (panier végétal)Ce radeau miniature construit dans un tronc de bananier, dont le rayon fait approximativement 10cm, est orné de feuilles du même arbre, ainsi que de fleurs et autres fioritures.
Une bougie et trois bâtons d’encens finalisent l’ensemble.

L’idée est d’évoquer une fleur de Lotus, chère aux bouddhistes, ou encore représenter le mont Meru, également connu dans les mythologies hindoue et perse (le nom provient du sanskrit). Ce dernier a d’ailleurs joué une influence considérable dans une large partie grande partie de l’Asie, et ce dans des temps très anciens.

La lanterne céleste est quant à elle fabriquée traditionnellement avec de la feuille de riz. Le bambou et le métal sont utilisés pour l’armature du lampion, lui donnant une forme arrondie ou rectangulaire.
Le principe d’élévation repose exactement sur le principe démontré par les frères Montgolfier au 18ème Siècle. Sauf que les lampions célestes et les premiers ballons, inventions chinoises, sont antérieures au 3ème Siècle après JC 🙂

Origine pluriséculaire

Trois filles thaïes, en costumes traditionnelles, lors de Loy Krathong à Chiang MaiaiIl faudrait véritablement plonger longuement dans l’Histoire de la culture thaïe, ainsi qu’étudier les influences des pays comme l’Inde et la Chine, pour reconstituer l’origine de cette fête.

Vraisemblablement, c’est au cours du 13ème Siècle, à Sukhothai (nord-ouest de la Thaïlande) que les premières festivités seraient nées. Le beauté de l’évènement et, bien plus tardivement, l’engouement des touristes, auraient alors propagé Loy Krathong dans tout le Royaume.

En fait, quand on parle de Sukhothaï, c’est de l’ancien royaume dont il est question, devenu province depuis des lustres.
Car le mythe raconte que Naang Noppamart, fille d’un prête Brahmane au service du roi Pra-Ruang, aurait été la toute première à imaginer ce type de confection. Devenue concubine favorite de sa majesté, elle remporta un concours de beauté qui la propulsa reine et incarna dès lors l’archétype thaï de la parfaite souveraine.

Symbole de cette fête des lumières

C’est avant tout une fête bouddhiste, principale religion du pays.

La lumière symbolise le bouddha, la vie, la sagesse, l’éveil et l’âme elle-même.

Yi peng : des personnes préparent une lanterne aérienneL’eau et le fait d’envoyer au loin sa bougie représentent la purification : on se débarrasse des souillures de l’existence, du mal qui vit en nous.

C’est en outre censé porter chance. Il est même d’usage de glisser une pièce pour favoriser la bonne fortune. Si la flamme dure longtemps, la probabilité que la prospérité vienne frapper à votre porte augmentera.

Les amoureux en attendent également beaucoup, au sujet de la viabilité de leur couple 😉

L’eau évoque enfin la fin des moussons et le point culminant de la hauteur des flots.

L’enfer est pavé de bonnes intentions

Passé l’enchantement, une rapide enquête révèle quelques problématiques, conséquences d’un geste irréfléchi et nullement mal intentionné. Il paraît pourtant impossible d’abandonner une tradition qui pèse autant dans la culture thaïe. Navré de casser la magie…

Débat écologique

S’il ne fait aucun doute de la bienveillance et de la noblesse de ce fête, on peut en revanche se poser des questions sur l’impact de celui-ci sur la Nature.

L’eau, pourtant mise à l’honneur dans cette célébration, serait involontairement souillée. Un comble lorsqu’on sait que Loy Krathong sert aussi à demander pardon à l’eau, polluée et gaspillée par l’Homme.

En effet, chaque année, la dégradation naturelle des petits paniers qui dérivent au fil de l’eau polluerait de facto cet élément liquide.

La décomposition de la matière végétale est déjà une pollution en soi.
Cela peut paraître anodin, puisque la matière organique se dégrade facilement dans la Nature, forcément rodée à l’exercice. Mais la croissance soudaine d’organismes « morts » à transformer peut poser problème, surtout si elle a lieu dans de l’eau stagnante et des bassins clos, comme les étangs des parcs en ville.
C’est un phénomène que les aquariophiles connaissent bien et qui explique qu’il faille retirer tout animal ou toute plante rapidement du bac, avant sa putréfaction dans l’eau.

Mais ce sont bien entendu les autres matériaux, comme le polystyrène, qui posent l’essentiel du problème. Il ne faudrait pas oublier la trace éventuelle de pesticides sur les végétaux !

Il n’est jamais bon pour le vivant d’altérer l’équilibre chimique de l’eau. Eau que l’Homme est amené à boire.

Le militantisme écologique est encore très timide en Thaïlande. Il suffit de passer dans une boutique de type « Seven Eleven » pour en prendre rapidement conscience : un sachet et une paille en plastique vous sont donnés pour l’achat d’une simple bouteille d’eau… en plastique !

Ceci étant, loin de moi l’idée de chercher à me poster en donneur de leçon et d’espérer une quelconque ingérence : c’est à chaque individu de prendre conscience de la préservation de notre milieu de vie.

Heureusement, cela est en passe de changer. D’ailleurs, j’ai appris que les Kratong étaient repêchés, du moins en partie, notamment par les enfants heureux de pouvoir les retransformer en une sorte de jouet flottant.

Ce soir, on vous met le feu

Le problème qui inquiète davantage les autorités consiste en la menace d’incendies. Et, statistique oblige, cette crainte se vérifierait là encore tous les ans malheureusement.

Pour faire face à ce problème, l’administration a dû interdire de fêter Yi Peng dans certaines zones, jugées trop dangereuses.
Sauf que la volatilité d’une lanterne aérienne reste difficilement maîtrisable.

Les feux d’artifice ont été également très encadrés.

Un évènement immanquable

Jérôme fêtant Loy Kratong à BangkokBien que sujet à débat, pour les raisons évoquées ci-dessus, Loy Krathong reste un moment magique qui justifie de se rendre en novembre en Thaïlande, surtout à Sukhothaï et Chiang Mai.

Je veux croire que des solutions écologiques et moins risquées vont finir par prendre le dessus.

Il serait dommage de se priver d’une célébration aussi féérique et positive, sur le plan spirituel et sociétal.

Si j’ai pu constater que les quelques expatriés français que j’ai rencontré en Thaïlande semblaient plutôt blasés, en revanche, la ferveur des thaïs demeurait intacte, inaltérable et intemporelle.

 

Crédit documents externes :

  • Mise à l’eau d’un Krathong à Chiang Mai : John Shedrick
  • Voix provient de Google Translate.
  • Confection du Krathong : Rugops
  • Trois filles thaïes en costumes traditionnels : YashiWong
  • Préparation de la lanterne de Yi Peng : Takeaway
À propos de Jérôme Bouquet
Ce développeur Web féru de littérature et de cinéma n'a de cesse de contenter son insatiable curiosité pour l’ailleurs, les civilisations hétéroclites et les splendeurs aventureuses de ce monde. Il est le co-fondateur de ce blog voyage.
2 commentaires
  1. C’est un bien joli spectacle, plein d’élégance et de poésie…

Laisser un commentaire